Navarra

Protection International Navarra - Nazioarteko Babesa Nafarroa partage avec Protection International la vision d’un monde ou les droits de l’homme et les libertés civiques sont universellement reconnus et respectés et ou tout le monde jouit du droit de les défendre sans craindre les menaces ni les attaques.

Ainsi, nous travaillons pour implémenter cette vision, en coordination avec Protection International, en:

            1. Habiliter les défendeurs pour leur permettre gérer leur propre protection.

            2. Intervenir devant les autorités pour leur exiger leurs responsabilités en matières de protection.

            3. Impliquer d’autres individus, institutions, et autres acteurs-clef dans la protection des défenseurs des droits de l’homme.

Le bureau de Navarra a été établi en 2016 pour travailler de façon autonome, en association avec Protection International, appuyant ses projets et programmes et plaidant à propos des difficultés auxquelles font face ceux qui défendent les droits de l’homme autour du monde, et à propos du travail entrepris par PI pour les défendre et les habiliter.

Le bureau de Navarre travaille en deux zones: gérer des projets pour développer, suivre et évaluer, et conscientiser le publique à travers d’une grande gamme d’activités. Certaines sont associées avec les projets sous gestion, pendant que d’autres sont établies comme canal pour les victimes des violations des droits de l’homme, donnant une voix aux populations victimes et leurs leaders, visualisant les injustices vécues et répandant connaissance sur nos activités comme mécanisme pour aider ceux qui défendent les droits de l’homme. Ceci peut aider les défenseurs des droits de l’homme à développer d’importantes capacités pour gérer leur propre protection, facilite que ceux qui ont obligation de les défendre achèvent leurs obligations, et convainc d’autres individus et institutions à contribuer à la protection des défenseurs des droits de l’homme pour que ceux-ci puissent maximiser leurs contributions.

 

1. Ce que nous faisons

Depuis le départ, nous avons élaboré une structure administrative pour donner personnalité légale à l’organisation et pour être reconnus par d’agences de développement à niveau d’état et régional.

Nous avons aussi préparé une infrastructure organisationnelle qui appuie le fonctionnement, l’organisation d’évènements, et la conscientisation.

Nous avons aussi maintenu des discussions avec le Coordinateur d’Organisations Non-Gouvernementales de Développement pour établir une ligne de collaboration avec lui, et pour nous y incorporer dans le futur.

Nous sommes surgis publiquement en Octobre 2016 avec une activité développée avec les Centres de Jeunesse locaux. L’exposition de photographie “For those who died trying / Para aquellos que murieron en el intento,” qui montre les noms et visages de ceux qui se sont mobilisés en Thaïlande pour défendre les droits de l’homme, territoriaux, communautaires, et qui ont étés persécutés, harcelés, criminalisés, assassinés, ou enlevés.

Les conseillers municipaux de Pamplona Iruñea Alberto Labarga et Xabier Zabala ont  participé au lancement, qui a été couvert par la presse locale.

http://www.diariodenavarra.es/noticias/cultura_ocio/cultura/2016/10/19/tenia_anos_fue_asesinado_tiros_492913_1034.html

L’exposition a aussi figuré trois documentaires sur la lutte pour les droits territoriaux, et fourni une opportunité pour honorer la mémoire de Berta Cáceres.

Depuis le 2016, nous avons formé partie du consortium “Colombia the right to live in peace - Colombia el derecho a vivir en paz - Bakea bizitzeko eskubidea Kolonbian,” qui organise des festivals annuels pour conscientiser le monde sur l’état des droits de l’homme et des défenseurs des droits de l’homme. La présence Colombienne nous a aussi offert une base pour activités de plaidoyer. Ce groupe d’organisations, à part de P.I., et compris par:

                       Mugarik Gabe

                       Amnistía Internacional

                       Aldea

                       Brigadas Internacionales de Paz PBI

                       Espacio REDO

Cette année a été dédiée au rôle des mouvements sociaux en plaidant et avançant les négociations de paix, et a figuré la présence d’Alexandra Bermúdez Osorio, reconnue défenseure des droits de l’homme en Colombie, directrice du Congrès National du Peuple, et sociologue professionnelle.

Les 25, 26, et 28 avril, côte à côte avec l’organisation Mundu bat, nous avons célébré un congrès sur Conflit, Transitions, et Procès de Paix. Ces trois journées ont vu la participation de Fernando Harto, Gloria Guzman, et Hugo Paternina, Mbuyi Kabunda et Ivan Forero. (Voir programme)

 

2. CE QUE NOUS VOULONS FAIRE

Tout de même que l’achèvement de nos projets dépendra de plusieurs facteurs externes, comme le financement et les appuis externes, notre agenda pour les mois qui suivent est la suivante – tout de même qu’elle demeure tentative pour deux raisons; d’abord parce que nous ne pensons déverser toutes nos possibles activités de conscientisation sans pouvoir les présenter comme activités ayant besoin de financement; et aussi parce que nous sommes encore en procès de déterminer quelles collaborations et projets solidaires no pourrons présenter – toute la programmation possible dépendant de ces deux enjeux.

Vu que l’hommage à Berta Cáceres prévu a Zaragoza n’a pas pu s’achever, donné que la municipalité ne nous a jamais envoyé d’informations finales, nous espérons monter un évènement similaire sur l’Arga, rivière qui traverse la ville, et qu’elle-même a transitée et symbolisée.

En collaboration avec d’autres ONGs, nous espérons aussi lancer d’autres évènements pour réviser l’assassinat de défendeurs de la terre Berta Cáceres et Bety Cariño.

Nous désirons aussi poursuivre l’idée d’utiliser le cinéma comme média de sensibilisation, et de projeter au moins deux films, déjà sélectionnés de festivals de cinéma d’Amérique Latine, et aussi d’un documentaire.

Nous espérons aussi profiter de l’arrivée de travailleurs de projets de terrain de PI, qui puissent se déplacer à Pamplona, pour y donner des conférences sur la tâche de défendre les défenseurs des droits de l’homme dans le terrain.

Si le projet de graffiti en Colombie est un succès, cela pourrait offrir un bon modèle pour un projet local, qui nous offrirait une bonne projection, autant à niveau institutionnel comme devant les médias.

Nous n’éliminons non plus la possibilité d’organiser une exposition sur le travail de PI en Amérique Latine.

 

3. PARTENAIRES

Depuis sa fondation, Protection International Navarra - Nazioarteko Babesa Nafarroa a établi des partenariats avec organisations et institutions avec lesquelles elle avait déjà collaboré en d’autres activités. Nous comprenons, tel comme le comprend Protection International, que la collaboration avec d’autres groupes est naturelle, et qu’elle augmente les capacités disponibles et améliore les résultats. Nos partenaires sont:

Mundubat  http://www.mundubat.org/

Consorcio “Colombia el derecho a vivir en paz - Bakea bizitzeko eskubidea Kolonbian” composé par les organisations:

Mugarik Gabe http://www.nodo50.org/mugarik/

Amnesty International https://www.es.amnesty.org/

Aldea ONG de cooperación y solidaridad

Brigadas Internacionales de Paz PBI http://www.pbi-ee.org/

Espacio REDO http://espacio-redo.es/

A part de renforcer les liens existants, nous pensons aussi les développer avec davantage d’organisations et institutions, comme la Coordinatrice d’ONGs de Développement de Navarra http://www.congdnavarra.org/  et de Berdinak, un collectif qui a appuié des projets passés de Protection International.

Restez en contact

Abonnez-vous à notre newsletter

Passez le mot