8 mars 2022

Journée internationale des femmes

Interview avec Aída Pesquera

En novembre 2021, nous avons interviewé des défenseures des droits humains travaillant pour Protection International (PI) sur leurs expériences, leurs passions et leurs visions d'un avenir meilleur. Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars) et pour célébrer le travail extraordinaire des femmes, nous avons traduit nos entretiens avec ces défenseures des droits humains en français et en espagnol.

 

Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir un défenseure des droits humains? Qu'est-ce qui vous a conduit sur cette voie ?

injustices qui se produisent autour de moi ne me sont jamais passées inaperçues. Depuis plus de 20 ans, je travaille aux côtés de défenseures rurales des droits humains dans différents contextes. Je continue à être inspirée par les femmes avec lesquelles j'ai vécu et partagé le quotidien, en particulier celles qui ont surmonté de grandes difficultés.

Y a-t-il des protections et des mécanismes de soutien suffisants pour les défenseures des droits humains dans votre pays ?

Non, pas du tout. En Amérique du Sud, les femmes sont cruellement assassinées et menacées de mort ou de mort de leurs proches pour avoir défendu les forêts, les rivières ou les montagnes contre la corruption des entreprises transnationales. Les mesures de protection existantes ne répondent pas aux besoins de protection des femmes rurales. Elles sont des interlocutrices méconnues par les entités publiques et par les médias, qui sous-estiment en permanence leurs capacités à faire des propositions de protection pour défendre leurs droits et leurs communautés.

 

Quel est le plus grand moment de fierté que vous ayez vécu en travaillant pour PI ?

Chaque jour où j'entends une femme indigène, noire ou paysanne élever la voix, je me sens honorée de pouvoir être proche d'elles. J'ai eu de nombreuses occasions où j'ai ressenti du bonheur et de la fierté pour le travail que je fais.

Pour n'en citer que quelques-uns, je dirais qu'un moment de grande fierté a été celui où j'ai accompagné des femmes rurales dans leur participation à la conception d'un dialogue avec les Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia-Ejército del Pueblo (FARC-EP) et le gouvernement en relation avec l'accord de paix signé entre eux en Colombie. Ce fut un moment historique, car ils n'avaient jamais pu élever leur voix aussi publiquement qu'à ce moment-là.

J'ai également eu l'occasion d'accompagner la Plateforme nationale de défense des femmes rurales en Colombie. Un jour, elles ont réussi à organiser un événement au cours duquel des représentantes indigènes, noirs et paysans ont exigé des réponses des candidats aux élections présidentielles. Les médias ont couvert l'événement, qui a permis de faire comprendre au grand public que ces femmes puissantes ont une connaissance approfondie de la réalité de leur pays, qu'elles sont essentielles à la préservation de la mémoire ancestrale des communautés et qu'elles ont des propositions de politiques publiques très importantes pour la défense des droits environnementaux et territoriaux.

 

Selon vous, quels ont été les changements culturels les plus importants concernant l'égalité des sexes et les droits des femmes que vous avez connus au cours de votre vie ?

La mise en place du droit à l'avortement sans restrictions dans plusieurs pays est une avancée majeure, de même que les discussions et décisions de plus en plus fréquentes sur le mariage homosexuel. Je pense qu'il s'agit d'avancées très significatives pour que les femmes puissent exercer librement leurs droits.

 

Comment se manifeste le fait d'être une femme dans votre travail quotidien de protection des droits humains ?

Je considère que, en tant que femmes qui militent et défendent les droits, nous devons faire des efforts supplémentaires pour démontrer que nos opinions et nos propositions sont légitimes et valables. C'est ce que je ressens chaque jour lorsque je m'adresse aux autorités publiques ou à un homme ayant une logique machiste. Ces personnes partent du principe que les femmes sont bonnes à " prendre soin " des autres mais pas à élaborer des propositions de protection intelligentes et viables. Ceci, bien sûr, n'est tout simplement pas vrai.

 

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes Colombiennes qui sont confrontées à des injustices ?

Rejoignez les autres et battez-vous pour ce que vous pensez qui est juste

 

Pour l'avenir, qu'est-ce qui vous donne de l'espoir ?

Voir les femmes unies et organisées pour des causes communes me donne beaucoup d'espoir. Je suis convaincue que la force nécessaire pour changer un monde majoritairement patriarcal est là, dans la participation des femmes à leurs mouvements.

 

Quel est votre poème préféré (lié aux droits humains ou au droit de défendre les droits humains) ?

 

Soy mujer.
 Y un entrañable calor me abriga
cuando el mundo me golpea.
Es el calor de otras mujeres,
de aquellas que hicieron de la vida
este rincón sensible, luchador,
de piel suave y corazón guerrero.

Poema: Soy Mujer - Alejandra Pizarnik