La défense du territoire est l’une des activités les plus risquées en Colombie; au cours de la seule année 2013, 37 défenseurs des droits humains ont été assassinés, et 30% des cas étaient liés à la question de la restitution des terres.

La majorité de ces meurtres ont été perpétrés par des groupes paramilitaires, dénommés « l’armée anti-restitution de terres », lesquels opèrent dans des zones à haute valeur stratégiques pour le développement de méga projets économiques.

Le travail de la communauté paysanne d’ASOCAB est un exemple frappant de résistance dans la défense de leur territoire, leur culture et leur identité.

“Nous ne demandons à l’État rien d’autre qu’un morceau de terre pour travailler. Afin de pouvoir non seulement survivre, mais aussi vivre tranquilles, dans la dignité et la paix », déclare un membre de la communauté.

PI-PDCOL accompagne et soutien ce travail de résistance, et reconnait la légitimité de leur demandes et leur luttes.