Redéfinir l'approche des risques

Redéfinir l'approche des risques

Concevoir et mettre en œuvre une approche de la protection centrée sur les défenseur·e·s des droits humains


Nous sommes fier·e·s  de publier « Redéfinir l’approche des risques », une publication à propos des Principes d'analyse des risques et du plan de protection, anciennement connues sous le nom de « Recommandations sur l'approche des risques ».

 

Les Principes d'analyse des risques et du plan de protection sont 21 déclarations concrètes décrivant les concepts fondamentaux indispensables à la mise en œuvre de l'approche basée sur les risques pour la protection – à commencer par la conduite d'une approche basée sur les risques situés jusqu'à l'élaboration d'un plan de protection efficace.

 

Ces principes, tout en apportant aux organisations et aux défenseur·e·s des droits humains (DDH) une référence concrète dans leurs attentes vis-à-vis de l'État, sont destinés à guider les agents gouvernementaux, en particulier ceux et celles chargé·e·s d'adopter des politiques publiques ou qui participe aux mécanismes de protection de l'État.

 

« Redéfinir l’approche des risques » est à présent disponible en français, anglais, espagnol, portugais et arabe. Si vous souhaitez traduire cette publication et les Principes d'analyse des risques et du plan de protection dans toute autre langue, veuillez nous contacter afin que nous puissions y travailler ensemble.

 

Une méthodologie innovante avec un grand potentiel d'amélioration

L'idée d'appliquer l'approche par les risques aux défenseur·e·s des droits humains a été conceptualisée pour la première fois en 2005 par des chercheur·e·s de Protection International, qui ont ensuite élaboré le premier manuel sur le sujet. Depuis lors, l'approche par les risques est devenue une pierre angulaire des stratégies de protection des DDH dans le monde entier. Cette approche est utilisée et considérée à plusieurs reprises par les DDH, l'Assemblée générale des Nations unies, les rapporteurs spéciaux des Nations unies, la Commission interaméricaine et la Cour interaméricaine des droits de l'homme, les organisations régionales des droits humains, ainsi que les cours constitutionnelles de divers pays.

Toutefois, sa simplicité, son applicabilité et son emploi inconsidéré ont également permis de déceler des faiblesses et des limites. Par exemple, la réalisation d'une analyse des risques est devenue un objectif en soi, par opposition à ce qu'elle devrait être, à savoir une simple étape vers la création d'un véritable plan de protection. En d'autres termes, dans de nombreuses situations, un diagnostic est posé, mais aucun traitement n'est administré.

En outre, certains mécanismes de protection fournissent aux DDH une "quantification de leur niveau de risque" en utilisant des chiffres arbitraires calculés dans des feuilles de calcul. Cela réduit faussement la complexité de la réalité en des chiffres unidimensionnels qui déterminent ensuite l'action ou l'inaction de l'État. Ce manque de contextualisation, ainsi que l'absence d'une approche sexospécifique et intersectionnelle, ont été signalés comme les lacunes les plus urgentes des analyses de risques actuelles menées par les mécanismes de protection qui utilisent l'approche des risques.

Redéfinir l'approche des risques en 2021 et au-delà

Pour célébrer le 15ème  anniversaire du premier manuel consacré à ce thème, nous avons voulu saisir l'occasion de réfléchir de manière critique sur la manière dont cette méthode a été appliquée dans la pratique jusqu'à présent. Suite à l'invitation de Protection International, plus de 65 défenseur·e·s des droits humains et expert·e·s originaires d'Amérique, d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud-Est se sont réunis pour dresser une liste de principes pour la mise en œuvre de l'approche basée sur les risques.

Les spécialistes des droits humains des ONG, des agences des Nations unies, des bailleurs de fonds, des milieux universitaires et des mécanismes de protection des États se sont réuni·e·s pour s'entendre sur la manière de créer des analyses de risques et des plans de protection qui soient autonomisant, situés, intersectoriels et, surtout, centrés sur les défenseur·e·s des droits humains. L'objectif final est de produire un ensemble de principes communément approuvés quant à l'analyse des risques et aux plans de protection des DDH, qui serviront de référence et de point de repère aux DDH, aux fonctionnaires de l'État et du gouvernement, à la société civile et à toutes les autres parties prenantes clés contribuant à la protection des DDH.

Ces recommandations ne sont qu'un début et, au cours des prochaines années, nous poursuivrons la recherche et le développement de nouvelles initiatives pour assurer une meilleure application dans la pratique de ces déclarations, ainsi que pour améliorer continuellement les déclarations elles-mêmes. Nous encourageons vivement la communauté des droits humains à considérer ces principes comme des objectifs idéaux quoique parfaitement réalisables dans tout pays où elle opère. Plaider pour ces principes signifie plaider pour une approche inclusive, raisonnée et basée sur les droits, qui visent à protéger toute personne qui met sa vie et son bien-être en danger pour garantir un avenir meilleur pour tout le monde.

Restez en contact

Abonnez-vous à notre newsletter

Passez le mot